La Biennale Paris devient annuelle
La Biennale Paris devient annuelle
La Biennale Paris devient annuelle
La Biennale Paris devient annuelle
La Biennale Paris devient annuelle
La Biennale Paris devient annuelle
La Biennale Paris devient annuelle
La Biennale Paris devient annuelle

Déjà annoncée l’an dernier, La Biennale Paris confirme le rendez-vous annuel de cet événement prestigieux. Mathias Ary Jan, nouveau président du Syndicat National des Antiquaires (SNA), nous explique les nouvelles orientations de La Biennale Paris.

Pourquoi garder le nom de Biennale Paris ?

Mathias Ary Jan : Le nom de la Biennale est indissociable de notre histoire depuis 1956, et devient aujourd’hui une marque sous le nom de « La Biennale Paris ». Il s’agit d’un salon unique au monde par la qualité de ses exposants, la beauté de son décor sous la nef du Grand Palais, qui se déroule à un moment clé : la rentrée artistique et culturelle parisienne.

Qu’en est-il de la présence des marques joaillières ?

Mathias Ary Jan : Je considère que la haute joaillerie, qu’il s’agisse des maisons de la place Vendôme ou internationales, ont toutes leur place au Grand Palais. Elle fait partie de l’identité de La Biennale Paris. Le dialogue est d’ailleurs renoué avec les grandes maisons parisiennes en vue de l’édition 2018. Il est à noter que la haute horlogerie est bien représentée cette année avec de belles maisons, comme en autres, DeWitt dévoilant sa montre mystérieuse sans aiguilles et F.P Journe avec sa montre Sonnerie Souveraine.

Quels sont les joailliers présents ?

Mathias Ary Jan : Des maisons présentes lors de l’édition 2016 reviennent telles : Nirav Modi et Boghossian. D’autre part, nous sommes fiers de recevoir de nouveaux joailliers à La Biennale Paris : la maison londonienne Moussaieff, bien connue pour ses pièces d’exception et « G » Glenn Spiro avec ses bijoux au style novateur. Anna Hu, joaillière taiwanaise installée à NY et à Hong Kong, présentera pour la première fois à La Biennale Paris l’ensemble de sa collection.

Vous avez également des exposants de bijoux anciens…

Mathias Ary Jan : En effet, nous avons la chance de proposer aux visiteurs de La Biennale Paris des maisons comme Epoque Fine Jewels, venus de Belgique et particulièrement connus pour leurs bijoux de l’époque Art Nouveau, avec notamment des pièces de

René Lalique. Egalement présentes la Galerie autrichienne Kunsthandle Kohlhammer présentant une magnifique bague en perles d’eau douce de 1912, ou Veronique Bamps, installée à Monaco qui présentera des bijoux anciens signés des plus grands créateurs.

Comment avez-vous fait la sélection des exposants ?

Mathias Ary Jan : La sélection des 94 exposants a été réalisée par la Commission Biennale, présidée par Christopher Forbes, qui réunit de nombreuses personnalités de la culture et collectionneurs. Je me réjouis que plus d’un tiers des exposants soient internationaux, ce qui marque un vif intérêt de la part de nos confrères européens et étrangers. J’estime que ses nouveaux critères et le rythme annuel de La Biennale Paris ont motivé le retour de ces grandes galeries. C’est une belle récompense !

Cette ouverture internationale explique la nomination de Christopher Forbes en tant que Président de La Biennale Paris ?

Mathias Ary Jan : Nous sommes honorés qu’un président amoureux de la culture française, ayant une stature internationale s’investisse aussi intensément pour le succès de La Biennale Paris.

Vous avez créé également des partenariats extérieurs ?

Mathias Ary Jan : En effet, nous avons noué un partenariat avec le « Chantilly Arts & Elegance : Richard Mille » qui réunira le 10 septembre, les plus belles voitures anciennes et de collections venues du monde entier. Nos publics sont proches et nous avons des intérêts communs. Il en est de même avec de nombreux musées, qui pour certains comme Jacquemard André ou Marmottan-Monet inaugurent leurs expositions de rentrée durant la semaine Biennale, ou Le Louvre et Orsay, au travers de leurs Sociétés d’Amis

C’est aussi le cas avec les collections Barbier-Muller ?

Mathias Ary Jan :  La relation avec la famille Barbier Mueller est d’une tout autre nature. Il s’agit de la volonté commune de présenter pour la première fois à Paris une sélection d’œuvres exceptionnelles et souvent inédites issues des collections privées constituées par quatre générations de la famille Barbier Mueller. La Biennale Paris est le lieu, le temple du collectionneur. C’est pourquoi nous sommes attachés et désireux chaque année de présenter une exposition muséale qui célèbre une grande collection privée, et les personnes qui l’ont constituée. A cette occasion, un livre d’art est édité retraçant les 110 ans de passion des collections de la famille Barbier-Mueller (aux Éditions Glénat).

La Biennale Paris sera en septembre le plus beau musée éphémère au monde !

Interview réalisée par Kyra Brenzinger

La Biennale Paris
Du 11 au 17 septembre 2017

www.biennale-paris.com

Légendes :

Affiche de La Biennale des Antiquaires au Grand Palais – crédit photo Alex & Matthieu – Artwork : H5
Anna Hu, broches Orchidées, diamants roses et jaunes, diamants blancs taille briolette, saphirs, rubis sur titane
Moussaieff, collier Plume, orné d’une tourmaline Paraïba de 57,21 cts, diamant poire rose cut (3,29 cts) et de diamants blancs (53,06 cts)
Nirav Modi, collier « Suite d’émeraudes  Waterfall » ornée de 62 carats d’émeraudes de Colombie et de 47 carats de diamants blancs sur or blanc
Boghossian, boucles d’oreilles « Merveille », diamant fancy vivid (5,53 cts et 5, 37 cys) et diamants blancs (9,30 cts) sur or blanc
Manufacture DeWitt, Montre Academia modèle Mathematical
F.P. Journe, montre Tourbillon Souverain
Mathias Ary Jan, nouveau président du Syndicat National des Antiquaires (SNA)- crédit photo : Didier Plowy / SNA