La Biennale Paris mise sur les bijoux anciens
La Biennale Paris mise sur les bijoux anciens
La Biennale Paris mise sur les bijoux anciens
La Biennale Paris mise sur les bijoux anciens
La Biennale Paris mise sur les bijoux anciens
La Biennale Paris mise sur les bijoux anciens

Rebaptisée « Biennale Paris », le salon, organisé par le Syndicat National des Antiquaires, a célébré cette année sa 30ème édition enregistrant plus de 55.000 visiteurs.

Afin d’illustrer la dynamique du renouveau, la direction artistique de la Biennale a été confiée au créateur Jean-Charles de Castelbajac créant dès l’entrée « le carrousel céleste » et un pop-up store original présentant la collection impériale réunie par le collectionneur médiatique Pierre-Jean Chalençon.
Côté joaillerie, on ne peut que regretter l’absence des grandes marques due à des choix stratégiques et politiques… Le fait est que la Biennale s’est désormais recentrée sur son cœur de métier principal : les antiquaires.

Les bijoux anciens signés
Trois galeries de bijoux anciens (Bernard Bouisset, Francine Joaillerie et Alain Pautot) ont dévoilé lors de la Biennale Paris leurs pièces rares. Principalement des grands noms de la joaillerie qui font le marché : Cartier, Van Cleef & Arpels, Boucheron, Chaumet et les grandes périodes Art déco ou années 50-60. Petit coup de cœur spécial pour un élégant collier de Francine Joaillerie avec un diamant Champagne de 14 carats, enlacé par des diamants et de facture contemporaine.

La galerie Martel-Greiner rend hommage à Jean Vendome
C’est dans une quête toujours renouvelée qu’Hélène Greiner prolonge son goût pour les œuvres sculptées, aux delà des tailles directes, bronzes et plâtres d’artistes qu’elle défend depuis bientôt 30 ans. Il était donc évident qu’elle défende avec autant de passion les bijoux d’artistes qui sont selon elle « l’expression la plus raffinée, l’application la plus intime de la recherche sculpturale ». Jean Vendome, cet artiste-joaillier, tristement disparu en 2017, laisse derrière lui une collection avec un style unique de composition artistique des cristaux à l’état naturel. A titre d’exemple, le collier « Neige » est orné de fleurs de quartz ou le collier « Flamboyant » d’une tranche de tourmaline au camaïeu de rose captivant…. Rappelant que la nature est une grande artiste et quand l’artiste sait la sublimer.

Lorenz Bäumer et sa nouvelle collection Black Magic
Seul joaillier contemporain présent à la Biennale, Lorenz Bäumer est un grand passionné d’art contemporain. A ce titre, il a fait appel à l’artiste français Decktwo réalisant une fresque murale en direct du salon. La nouvelle collection « Black Magic » est également inspirée d’artistes comme Soulages ou Hartung jouant sur les effets de la lumière noire avec des pierres rubellites, tourmalines ou aigues-marines aux couleurs fluo contrastant avec l’or noir et des détails en laque colorée. Certaines pièces se réfèrent au light painting, une technique de prise de vue photographique permettant d’écrire des messages lumineux. Quand la haute joaillerie rencontre l’art sous toutes ses formes d’expression !

Par Kyra Brenzinger

Légendes :
Entrée de la Biennale Paris 2018 avec le « le carrousel céleste » de Jean-Charles de Castelbajac ©Florent Drillon
Lorenz Bäumer, bracelet Light Painting de la nouvelle collection « Black Magic » en tourmaline rose, saphirs roses sur de l’onyx noir et or rhodié noir
Lorenz Bäumer, bague Fleur de nuit de la collection « Black Magic », tourmaline verte, saphirs roses, tourmaline Paraïba sur de l’or rhodié noir et laqué
Galerie Martel-Greiner, Collier « Flamboyant » de Jean Vendome de 2002 en or jaune et or gris serti d’une tourmaline rose, de baguettes de tourmaline rose et de diamants taille brillant – Pièce unique
Galerie Martel-Greiner, Collier « Neige » de Jean Vendome de 1991 orné de fleurs de quartz blanc, branches de quartz, perles, diamants sur or blanc – pièce unique
Francine Joaillerie avec un diamant Champagne de 14 carats, enlacé par des diamants et de facture contemporaine – Photo Corrado Bortone