Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages
Les bijoux de voyages

Encore mieux qu’une carte postale, certains joailliers nous invitent à voyager à travers leurs créations en évoquant l’architecture des célèbres capitales ou en jouant la carte de l’humour.

Paris, ville lumière

En tant que « Joaillier bâtisseur », comme il aime se définir, Philippe Tournaire s’est fait connaître par ses bagues architecturales inspirées de l’époque Mérovingienne du VIe siècle. Depuis 2012, Philippe Tournaire nous a dévoilé sa vision intemporelle de la Tour Eiffel en bague solitaire « French Kiss ». « Fasciné depuis toujours par la Tour Eiffel, la Lady de fer, grande dame puissante et fière, je me suis imaginé un jour la retourner pour mieux l’observer ! Et c’est  ainsi qu’est née l’envie de loger les pierres les plus précieuses entre ces quatre coins carrés. Sur la Tour Eiffel tous les amoureux se retrouvent, ainsi est née l’idée de la bague « French Kiss »  !

C’est aussi le côté festif que la créatrice Lydia Courteille a souhaité mettre en lumière avec sa tiare de la collection « Cabinet de Curiosités ». Le célèbre Moulin rouge est illuminé de rubis, tandis que la Tour Eiffel et les façades des immeubles haussmanniens sont ornées de diamants noirs.

La maison japonaise Tasaki propose en exclusivité une collection de Haute Joaillerie « Ritz Paris par Tasaki », fruit de la rencontre de deux légendes de la joaillerie et de l’hôtellerie de luxe. Le premier opus, intitulé « A legend » trouve son inspiration dans l’esprit du célèbre hôtel de la place Vendôme, symbole du luxe et de l’élégance à la française. Le goût de l’équilibre est maîtrisé à travers la pièce Rêve Ritz, le raffinement du détail sur Jardin Secret ou encore les boucles d’oreilles « 1898 » en hommage à la création du Ritz.

Escapade en Italie

Le designer italien Alessio Boschi a dévoilé lors du dernier salon de Baselworld une collection en hommage à son pays natal. Aimant l’humour et la démesure, il nous propose une extraordinaire tour de Pise qui bouge de façon ludique avec le mouvement de votre main et ornée de saphirs roses. Sa bague « Colisée » reproduit parfaitement la lignée d’arches romaines, serties de diamants et d’un saphir Padparadscha de 5,59 carats particulièrement rare. Très poétique, sa bague « Gondola » reproduit en miniature les célèbres gondoles de Venise mais en bois fossilisé. Chaque détail est étudié avec minutie : la figurine en forme d’hippocampe en or est reliée avec une fine chaîne mettant en valeur la lumineuse tanzanite de 10,04 carats.

L’architecture vénitienne a également inspiré le grand joaillier Buccellati avec sa collection « Macri Giglio » porposant une technique unique de gravure sur or « Rigato » qui consiste à créer des lignes parallèles dans l’or pour intensifier le reflet chatoyant comme une soie sauvage. La version or noir du bracelet est particulièrement intéressante, réalisée avec la technique DLC (diamond like carbon) grâce à un dépôt de carbone graphite qui donne un aspect de velours noir. Les décors en or évoquent les ouvertures dentelées des palais vénitiens.

D’Est à l’Ouest

Le designer italien Roberto Coin a créé une collection « Golden Gate » particulièrement  réussie. La structure de ce pont de San Francisco de 1937 est faite de milliers de câbles et d’acier que le designer italien a reproduit à l’intérieur du corps de bague et de son bracelet. La surface polie en or évoque le reflet du soleil couchant sur le pont.

A l’inverse, la maison française Korloff rend hommage à la ville de Saint-Pétersbourg qui a été le cœur de la légende du célèbre diamant noir, le « Korloff ». Ayant appartenu sous l’empire russe à la famille Korloff Sapojnikoff, le diamant de 88 carats est aujourd’hui dans le musée personnel de la marque française.  A travers sa collection « Saint-Pétersbourg », Korloff propose une interprétation moderne de ses bijoux en laque, rehaussés d’onyx ou de nacre. L’architecture élégante rend hommage aux nombreux édifices et palais qui bordent les célèbres canaux de cette ancienne capitale impériale.

Les couleurs de l’Asie

Edéenne, une créatrice d’origine canadienne, installée à Paris, réalise son rêve en créant des précieux carnets de voyage sous forme de bijoux. Lors de son séjour au japon, elle nous a ramené des créations poétiques comme sa bague « Aki », évoquant l’automne représenté par des feuilles d’érables recouvrant un tapis de mousse, orné d’une émeraude de Colombe de 17,72 carats. De la fleur impériale, le chrysanthème « Kiku », à la grue portée par le vent « Kaze », elle souhaite poursuivre en tournée à travers le monde à la rencontre de nouvelles émotions.

Le joaillier Roberto Coin s’inspire de nombreux pays pour ses collections comme sa collection « Shanghai » particulièrement colorée rendant hommage aux couleurs traditionnelles chinoises. La version en quartz fumé et diamants bruns est très subtile, renforcée par l’or rouge et noir.  C’est une explosion de couleurs  pour les yeux et pour la bouche !

De Hollywood à Palm Spring

Les « Crazymals » de la maison de Grisogono, dévoilés au dernier salon de Baselworld, sont nés de l’imaginaire du fondateur et directeur artistique Fawaz Gruosi. Les flamants roses, serpents à sonnettes ou pandas prennent les noms amusants  de Lady Flamingo, Crooner Snake ou Hip Hop Panda, que l’on image évoluer à travers une bande dessinée des années 50. Du haut du Mont Lee et de ses collines iconiques jusqu’aux palmiers de Palm Springs, le rendez-vous est pris avec ces personnages ludiques et festifs.

Tout aussi enjouées, les créations de Christina Debs sont à son image : une joaillerie joyeuse aux couleurs lumineuses évoquant celles de son pays natal, le Liban. Pour le dernier salon de Baselworld, elle a enrichi son best seller « Hard Candy » avec de nouveaux composants en forme d’animaux interchangeables sur de multiples pierres de couleurs. Crocodiles, éléphants et même serpents constituent le monde extraordinaire de Christina Debs. Car telle une vraie fée, la créatrice transforme tout en paradis terrestre que l’on aimerait tant découvrir !

Dossier réalisé par Kyra Brenzinger

CAPTIONS

Alessio Boschi, bague « Gondola » bois fossilisé, tanzanite 10.04 cts, saphir bleu, Paraïba, émeraude sur or blanc et rose
Alessio Boschi bague « Pisa Tower », diamants, saphirs roses et pourpre sur or blanc et rose
Alessio Boschi bague « The Imperial Coliseum » saphir Padparadscha 5,59 carats, diamants sur or blanc
Buccellati « Macri Giglio » cuff, avec une technique unique de gravure sur or « Rigato »
Tournaire, bague « French Kiss », diamant sur or blanc
Lydia Courteille, tiare de la collection « Cabinet de Curiosités », rubis et diamants noirs
Tasaki »,  boucles d’oreilles « 1898 » de la collection  « Ritz Paris par Tasaki », diamants sur platine
Edéenne, bague « Aki » de la collection « Carnet de Voyage », émeraude de Colombie de 17,72 carats, diamants sur or gris et rose
Roberto Coin, “Shanghai” bracelet, red and black gold bracelet with colourless and brown diamonds, smoky quartz.
Roberto Coin « Golden Gate » ring in yellow gold
Korloff, bague de la collection « Saint-Peterbourg », laque noire et diamants sur or rose
De Grisogono collection « Crazymals » bague Lady Flamingo, saphirs roses, onyx, nacre sur or rose
De Grisogono collection « Crazymals », bague Crooner Snake, tsavorites , opale rose, diamants noirs sur or blanc  rhodié noir
Christina Debs collection Hard Candy en chrysoprase, diamants, or noir et or jaune rose