Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens
Cetanne, une joaillerie aux 4 sens

Lorsque l’on découvre pour la première fois les collections de Anne Bourat-Goldschmid, créatrice de la marque Cetanne, on est saisi par les sens de la vue, du toucher bien sûr, mais aussi de l’ouïe et du goût.

Une créatrice à découvrir en exclusivité sur le salon « Un Bijou pour Noël ».

– Comment vous est venue l’idée de vos bagues « Délicieuses » ?
Cetanne :
L’idée est partie d’une collection de pierres en forme de sphères qu’un fournisseur m’a présenté et toutes ces couleurs fraiches m’évoquaient tout simplement la gourmandise. J’ai créé 4 bagues de 4 formes (marquise, rond, triangle et poire) dans lesquelles, les sphères reposent comme en lévitation, un peu comme par magie. En contraste avec la surface lisse des sphères, j’ai serti des pierres fines facettées autour de la structure de la bague comme une frise en aigues-marines, émeraudes, rubis et saphirs.

– Avec votre nom prédestiné pour le bijou, comment avez-vous commencé dans ce secteur ?
Cetanne :
Mon nom Goldschmid (orfèvre en allemand) est celui de mon mari, mais il me convient parfaitement ! En fait, j’ai une formation artistique avec un double cursus à l’école des Arts Décoratifs (ENSAD) et à l’école supérieure des beaux-arts de Paris. En 1987, je suis rentrée en stage chez Cartier et finalement, je suis restée des années au service des accessoires pour la ligne Must de Cartier. C’était une opportunité formidable car on me laissait une grande liberté de création : j’ai pu réaliser des projets incroyables dans les domaines variés des accessoires, des bijoux à l’horlogerie en passant part des objets de prestige ou de la maroquinerie… Après une interruption pour élever mes 4 enfants, j’ai continué à collaborer pour des grandes marques comme Montblanc, Chaumet, Poiray avec des projets passionnants.

– Et vous avez découvert le monde infini des pierres…
Cetanne :
En effet, j’ai suivi les cours de gemmologie à l’ING en 2010, une formation qui m’a fait découvrir le monde merveilleux des pierres avec des teintes incroyables comme ma pierre favorite la zoïsite avec des veines rouges en racine de rubis contrastant avec la couleur verte et des petites taches noires étonnantes. J’ai aussi un petit faible pour le grenat sous toutes ses déclinaisons, de la rhodolite à la spessartite en passant par le pyrope.

– Et vous vous êtes donc lancée dans vos propres créations…
Cetanne :
Depuis 1 an, j’ai créé des collections que je présente pour la première fois au salon « Un Bijou pour Noël ». L’histoire est partie d’une bague marguerite que je ne portais plus car elle faisait trop classique à mon goût et j’ai eu l’idée de la disposer sur un petit plateau en or qui modernisait tout de suite l’ensemble. Ma collection « Present Perfect » était née et j’ai beaucoup d’amies et de clientes qui veulent transformer maintenant leurs bagues dans cet esprit.

– Vous aimez transformer les bijoux anciens ?
Cetanne :
C’est intéressant de faire évoluer un bijou à travers le temps. D’ailleurs, j’ai commencé à revisiter les colliers de perles de nos grands-mères ! Les perles Akoya classiques et aussi les perles de toutes les couleurs que je vais proposer sur des bijoux argent. Mais j’aime aussi piocher certains éléments de la nature comme les coquillages Santa-Lucia que l’on trouve en Corse et que j’ai associé à des pierres de couleurs pour les magnifier en pendentifs.

– Les bijoux sont-ils de précieux messagers ?
Cetanne :
Il est vrai que le bijou peut avoir cette jolie fonction et c’est un peu l’idée de ma ligne « âmes sœurs » avec deux cœurs qui sont emboités l’un dans l’autre. La fille d’une cliente partait à l’étranger et elles se sont partagées les deux cœurs pour rester connectées symboliquement. Une fois réuni, le pendentif ressemble au fruit physalis, aussi appelé « un amour en cage ».

– Le « coeur » est une symbolique qui a de l’importance chez vous ?
Cetanne :
Vous voulez parler certainement de ma ligne « Cœur de Paris » qui reprend les plans des églises de Paris ? L’idée est partie de la nouvelle cathédrale orthodoxe de Paris. Au printemps dernier, j’ai exposé dans cet espace et l’architecture m’a inspiré pour la réalisation d’un bijou. Aujourd’hui, je décline sur argent et vermeil des petits bracelets les plans des églises de la capitale comme Notre Dame, Saint Eustache, mais aussi celle de Saint-Germain-des-Prés à deux pas du salon « Un Bijou de Noël ». Un joli cadeau abordable et original pour ces fêtes de fin d’année !

Interview par Kyra Brenzinger

Créations à découvrir :
– Du 17 au 20 novembre au Salon « Un Bijou pour Noël »

– Sur rendez-vous
Anne Bourat Goldschmid
Email : annebourat@gmail.com
Tél. +33 (0)616451036
http://cetanne.com/