Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques
Inspirations littéraires et artistiques

Depuis des années, le guide-joailliers œuvre à faire reconnaître la joaillerie comme un art à part entière. Les créateurs-joailliers, que nous vous présentons, en apportent une merveilleuse démonstration.

Lydia Courteille : rêves et imagination

Parmi les joailliers-créateurs, Lydia Courteille est incontournable. Son extraordinaire imaginaire a séduit aussi bien des personnalités comme Karl Lagerfeld, Nicole Kidman ou Nathalie Rheims à qui elle rend hommage dans son dernier ouvrage intitulé «  Lydia Courteille, Extraordinary Jewellery of Imagination and Dreams »,  rédigé par Juliet Weir de la Rochefoucault (Editions ACC Art Book). Elle nous dévoile comment en 1979 lors de l’achat d’une montre-bracelet chez un antiquaire, elle découvrit de magnifiques camées. Cette rencontre avec les bijoux anciens la poussa à chiner des bijoux aux puces pour se les approprier en les métamorphosant. Devenue véritable  experte de bijoux anciens, elle décida d’ouvrir sa première boutique rue Duphot avant de s’installer en 1993 dans son actuelle boutique du la rue Saint-Honoré. L’influence des bijoux anciens sur ses propres créations est indéniable comme avec ses vanités détournées avec humour ou ses bagues mosaïques. Chaque saison, Lydia Courteille nous dévoile pendant la semaine de la mode ses collections joaillières qui nous transportent à chaque fois dans un autre temps.  Elle nous invite cette fois à découvrir le palais de Topkapi à travers son regard de joaillière en réinterprétant notamment les célèbres céramiques d’Iznik. Ainsi tulipes ou œillets se métamorphosent en tiares ou boucles d’oreilles, ornées d’incroyables opales blanches. Soliman le Magnifique regarde à travers une boule de cristal l’avenir que l’on imagine radieux de Lydia Courteille qui saura toujours nous surprendre !

https://www.lydiacourteille.com

Anaïs Rheiner : raffinement et découverte

Installée rue Cardinale dans le charmant quartier de Saint-Germain-des-Prés, la jeune Anaïs Rheiner a pourtant déjà voyagé à travers toute la planète. De sa Suisse natale au Zimbabwe et de la Mozambique à Londres, elle peut vous raconter des anecdotes de véritable aventurière : « Mon père était géologue au Zimbabwe et il m’amenait parfois voir des mines d’or ce qui m’a fortement fasciné ». L’Afrique l’attire inexorablement et elle choisit l’université de Durban en Afrique du Sud pour passer un Master de bijouterie. Dans sa jolie boutique parisienne, on est loin de l’Afrique, mais tout est étudié dans le moindre détail comme pour ses vitrines, elle a fait appel à l’artiste Maryse Dugois pour réaliser des fleurs de neige en papier. D’ailleurs, sa source d’inspiration principale reste la nature à la fois brute et raffinée. Sa collection « Rivière de diamants » évoque les orpailleurs d’Afrique qui découvrent des pépites d’or avec des reflets magiques sous l’eau et rehaussés de petits diamants bruts. Sa toute dernière bague enrichissant sa collection « Jardins Mystérieux », constellée de fleurs de cerisiers en or, est ornée d’une somptueuse tanzanite évoquant les « nappes d’eau sacrées cachées dans les montagnes sauvages reflétant tels des miroirs de l’âme ».  Une invitation au voyage au cœur de Paris. http://www.anaisrheiner.com/

Garaude : gemmes et Byzance

Passionné de belles choses et diplômé des Beaux-Arts de Paris, François Garaude sillonne la planète depuis plus de 30 ans à la recherche de pierres d’exception pour les grands noms de la Place Vendôme. Après les émeraudes qu’il découvre lors d’un voyage au Brésil, ce « chasseur de pierres » est aujourd’hui devenu le grand spécialiste des spinelles mais aussi des beaux saphirs et rubis. « Mon critère de sélection est la pierre naturelle, non chauffée, n’ayant subi aucun traitement artificiel et répondant aux exigences de qualité de la haute joaillerie », précise-t-il. En plus de son métier de négociant en pierres, il crée une collection personnelle qui reflète son amour pour l’art. Avec sa toute dernière ligne « Byzance », il signe des bijoux architecturés et ornés de pierres fines. Améthystes, malachites ou rubellites lui permettent d’explorer son thème de prédilection : les 4 points cardinaux. De magnifiques bagues évoquent les élégants palais de Byzance ou des boucles d’oreilles reflètent la lumière tels des vitraux. Une collection pleine de majesté. https://www.garaude.com/

Kyra Brenzinger