Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !
Rencontre : Zhandarbek Sarsebayev, un personnage venu du Kazakhstan !

A l’occasion d’un voyage de presse pour la célébration des 20 ans d’Astana, la capitale du Kazakhstan, et la tenue du Gala de Paris dans le majestueux Opéra, nous avons rencontré un homme moderne, à l’image de son pays en pleine évolution.

Vous êtes célèbre dans votre pays. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?
Zhandarbek Sarsebayev : Grâce à ma formation de journaliste télévisé à Almaty (ancienne capitale du Kazakhstan de l’URSS), j’ai présenté une émission économique « Business News », les soirs en direct pendant 9 ans. C’est pour cela que les gens me reconnaissent dans la rue !

Pouvez-vous nous parler en 2 mots de votre pays ?
Zhandarbek Sarsebayev : Je suis fier de mon pays ! Le Kazakhstan est un pays d’Asie Centrale, frontalier de la Russie et de la Chine. Ex-république du bloc soviétique, le Kazakhstan est un pays de steppes anciennement peuplé de nomades. Mon pays cherche à devenir une sorte de passerelle de dialogue entre l’Orient et l’Occident. Déjà au Kazakhstan habitent 120 nationalités en très bonne harmonie. Sinon, le Kazakhstan est un pays dont le sol regorge de ressources naturelles, il dispose notamment de plus de 160 gisements de pétrole.

Et aujourd’hui, vous vivez entre la France et le Kazakhstan…
Zhandarbek Sarsebayev : En effet, je suis tombé amoureux de la France et de Paris ! Lors de ma première visite en 1998, j’ai découvert le quartier de la rue du Temple avec ses incroyables boutiques de bijoux. J’avais le projet d’ouvrir une boutique à Almaty et j’ai décidé d’acheter des bijoux de Poggi et Dolce Vita car les Kazakhs aiment beaucoup les bijoux en argent. Et en l’espace de 2 mois, j’avais tout vendu !

A quoi ressemblent vos boutiques ?
Zhandarbek Sarsebayev : J’avais ouvert en tout 3 boutiques à Almaty, qui est la capitale de la mode et de l’art (Astana étant plus la capitale administrative). Le nom de ma société est « Personnage » et j’ai beaucoup misé sur des photos de personnalités accrochées au mur qui donnaient un côté people et fashion à mes boutiques.

Et vous avez fermé les boutiques, pourquoi ?
Zhandarbek Sarsebayev : En 2013, j’avais décidé de vivre en France, même si je gardais une activité au Kazakhstan. J’ai préféré ouvrir un show-room à Almaty présentant des marques de mode comme David Road et une marque française FDF, ainsi que des accessoires (lunettes, bijoux).

Vous vous êtes également lancé dans la création d’une collection de joaillerie ?
Zhandarbek Sarsebayev : Je suis comme Liz Taylor : j’aime la fourrure et les diamants ! Je me suis lancé dans la création d’une collection avec des pièces uniques en or blanc, ornés de diamants et de perles blanches baroques.

Quel serait votre rêve actuellement ?
Zhandarbek Sarsebayev : Mon rêve c’est de rester vivre en France et créer un concept store avec des designers peu connus en Europe. Bien sûr, venus du Kazakhstan, mais aussi russes, d’Azerbaïdjan turcs ou géorgiens…Des créateurs dans la mode, mais aussi dans les accessoires et l’art de la table.

Donc la France est le pays de votre cœur ?
Zhandarbek Sarsebayev : C’est un pays des droits de l’homme et de liberté formidable. J’ai d’ailleurs rapidement suivi des études à la Sorbonne pour apprendre la langue de Molière. Je le sais, mon avenir est en France !

Interview par Kyra Brenzinger

Pour en savoir plus :
Zhandarbek Sarsebayev
lavoila@mail.ru

Légendes photos :

– Zhandarbek Sarsebayev à Paris devant la Tour Eiffel
– Astana, la capital du Kazakhstan qui célèbre en 2018 ses 20 ans avec des œuvres du sculpteur français Pierre Matter, pont suspendu, tour Bayterek de Norman Foster, sphère du pavillon d’Azerbaïdjan de l’exposition universelle de 2017 et salle de concert de Studio Nicoletti Associati
– L’Opéra d’Astana ouvert en 2013 et 1500 places a reçu à l’occasion du Gala de Paris, le ballet de l’Opéra de Paris avec son programme Renaissance et des extraits de ballets classiques. Zhandarbek Sarsebayev en compagnie de Kyra Brenzinger, rédactrice en chef du guide-joailliers.com
– Visite de journalistes français lors de la représentation du Gala de Paris avec l’artiste-sculpteur Pierre Matter, Kyra Brenzinger, rédactrice en chef du guide-joailliers, Aytan Mouradova correspondante du magazine Dress Code et Laurent Poultier du Mesnil, directeur du programme Libre journal de la vie française à Radio Courtoisie
– Collection de joaillerie, réalisée par Zhandarbek Sarsebayev – pièces uniques en or blanc, ornés de diamants et de perles blanches baroques.
– Show-room de Zhandarbek Sarsebayev room à Almaty présentant des marques de mode comme David Road et une marque française FDF, ainsi que des accessoires (lunettes, bijoux)
– Musée National de la République de Kazakhstan qui présente l’art et les traditions du pays
– Zhandarbek Sarsebayev aux côtés de Yves Piaget, lors de la semaine de la joaillerie à Paris
– Zhandarbek Sarsebayev en compagnie de ses amies, lors de la soirée d’inauguration de la boutique Damiani à Almaty
– Zhandarbek Sarsebayev célébrant la victoire des Bleus