Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal
Sébastien Khayati, le chasseur de cristal

Véritable aventurier des temps modernes, Sébastien Khayati est un « chasseur de cristal » qui œuvre dans  le massif du Mont-Blanc à plus 3000 mètres d’altitude.

Rencontré sur la terre ferme lors du dernier salon Mineral & Gem de Sainte-Marie-aux-Mines, il nous raconte ses dernières découvertes.

– Depuis quand faites-vous ce métier ?
Sébastien Khayati : A la base, j’étais ingénieur et par passion personnelle pour la montagne et les cristaux, je pratique ce métier de chasseur de cristal depuis 15 ans. Nous sommes aujourd’hui que 3 personnes en France à vivre de ce métier qui est très risqué et il faut connaître les bons coins…

– Pouvez-vous nous situer votre terrain de prospection ?
Sébastien Khayati : L’été dernier, j’ai effectué 46 jours de prospection dans le massif du Mont-Blanc. Mon territoire privilégié se situe sur le bassin de Talèfre qui est un vaste glacier suspendu, entouré par un cirque de montagnes acérées. Mon camp de base est le refuge du Couvercle, à environ 2700 m d’altitude.

– Quelles ont été vos découvertes ?
Sébastien Khayati : J’ai trouvé quelques bonnes fentes à cristaux (qu’on appelle des « fours », eu égard à leur forme lenticulaire à l’entrée, qui rappelle celle des vieux fours à pain). En juillet dernier, vers 3000 m d’altitude, une zone riche m’a permis de découvrir plusieurs fours vierges, remplis de spécimens de quartz dits « flottants » (c’est-à-dire libres dans la cavité, il suffit de les cueillir à la main, sans avoir à casser le moindre bout de roche). La qualité du quartz était très bonne avec une teinte fumée très légère et une remarquable brillance des cristaux.

– Avez-vous trouvé des spécimens rares ?
Sébastien Khayati : En effet, j’ai trouvé quelques spécimens rares, qu’on appelle des Gwindels. C’est une forme de cristallisation très recherchée dans le milieu des collectionneurs, car elle est rare et esthétique. On en trouve très peu, les Alpes Suisse et le Mont-Blanc sont la référence mondiale en la matière.

– Quel est le prix de ces pièces ?
Sébastien Khayati : Je n’aime pas donner le prix car c’est la rareté qui en fait le prix. J’attends surtout que certains collectionneurs me font une offre pour les pièces d’exception. Bien entendu au salon de Mineral & Gem, vous pouvez trouver par exemple des petits quartz ou de la fluorite de 6 cm à partir de 1100 euros. La fluorite qu’on appelle aussi « reine de la montagne », trouvé dans le massif des Alpes, a une couleur exceptionnelle tirant vers le rouge et le rose.

– Et en fin de saison, qu’avez-vous déniché ?
Sébastien Khayati : En août et septembre dernier, j’ai surtout trouvé un four avec des quartz très fumés, presque noirs et opaques, une qualité qu’on appelle « morion ». Plus rares dans le massif, j’ai découvert quelques fluorines rouges en cristaux octaédriques, dont un beau spécimen de 4 cm d’arête avec une couleur intense, des épidotes vertes translucides en cristaux de parfois 2 cm, et surtout un spécimen très rare d’apatite mauve sur quartz fumé (qui devrait partir au musée de Chamonix) !

– Pensez-vous un jour transformer ces cristaux en bijoux  ?
Sébastien Khayati : En effet, je travaille actuellement avec des associés sur le projet de création d’une marque de pièces d’exceptions en haute joaillerie et pièces d’arts, construite autour des gemmes du Mont-Blanc que je déniche. J’espère vous en dire plus courant 2017…

– Avez-vous exploré d’autres contrées que les Alpes  ?
Sébastien Khayati : L’automne dernier, je suis allée en Ethiopie à la découverte du volcan Erta Ale. J’ai réalisé un film que je vous invite à regarder et je cherche des sponsors pour faire d’autres expéditions… donc « avis aux amateurs » !

ERTA ALE – Seeing the birth of the Earth (4K) from Sébastien Khayati on Vimeo.
 

Interview réalisée par Kyra Brenzinger 

Contact : cristallier@gmail.com

Légendes :

Le bassin de Talèfre dans le massif du Mont-Blanc, entouré par un cirque de montagnes acérées – photos: Sébastien Khayati
Sébastien Khayati (au centre) en compagnie de Pinou et Fred – photos: Sébastien Khayati
Four à gwindels qu’on appelle des « fours », eu égard à leur forme qui rappelle celle des vieux fours à pain- photos: Sébastien Khayati
Gwindel, une forme de cristallisation très recherchée dans le milieu des collectionneurs, car elle est rare et esthétique
Cristal en forme d’obus de 28 cm- photos: Sébastien Khayati
Gwindel sur gangue- photos: Sébastien Khayati
Photo de l’ouvrage de Sébastien Khayati « Chroniques de cristalliers » paru en 2014 Les Editions du Piat
Photo de l’ouvrage : Découvertes de jolis spécimens de quartz fumé avec Christophe Peray. Photos: François Brey
Photo de l’ouvrage avec le cratère d’Allevard et une collection de Siderite et quartz appartenant au Museum d’Histoire naturelle de Grenoble- photos: Sébastien Khayati
Cristaux présentés au salon Mineral & Gem de Sainte-Marie-aux-mines – Photo de Kyra Brenzinger