Le tour du monde joaillier en 80 jours
Le tour du monde joaillier en 80 jours
Le tour du monde joaillier en 80 jours
Le tour du monde joaillier en 80 jours
Le tour du monde joaillier en 80 jours
Le tour du monde joaillier en 80 jours
Le tour du monde joaillier en 80 jours
Le tour du monde joaillier en 80 jours
Le tour du monde joaillier en 80 jours

En hommage à Jules Verne, nous vous proposons de découvrir des créateurs de talent qui nous embarquent dans leur univers à la découverte de pays aux antipodes.

Le créateur russe Ilgiz F s’installe à Paris

Démarrons de Paris où le célèbre joaillier russe a ouvert sa première galerie en Europe. Célèbre artiste-joaillier et maître incontesté de l’émail à chaud, Ilgiz Fazulzyanov a rencontré un succès international en 2016 lorsqu’il a été invité par le Musée du Kremlin à présenter son exposition «Ilgiz F: La haute joaillerie inspirée par la nature». Ses précieuses créations poétiques, fortement inspirées de l’Art Nouveau, sont dorénavant à découvrir dans sa galerie au 4, Rue de Miromesnil à Paris. Ilgiz Fazulzyanov nous explique son choix : « Tout d’abord, j’ai d’abord pensé aux villes comme Londres, Genève, Monte-Carlo et Tokyo. Mais dans ces villes, on me connaît déjà, alors qu’à Paris c’est différent : les gens viennent à Paris pour trouver l’inspiration dans l’art. C’est dans cette ville que mes «professeurs» comme René Lalique et Georges Fouquet ont créé, c’est ici que sont nées mes techniques de prédilection et mes styles préférés ».

En exclusivité, le joaillier a gardé précieusement quelques pièces exceptionnelles de son exposition au Kremlin et nous dévoilera cette année son nouveau thème « Les plus hauts sommets du monde ».

Lydia Courteille nous propose un automne à Pékin

A chaque saison, Lydia Courteille  nous offre un nouveau voyage à la rencontre de fascinantes civilisations. Pour sa dernière collection, elle a posé ses valises dans la Cité Interdite de Pékin tout en nous initiant au Feng Shui. Cet art millénaire d’origine chinoise a pour but d’harmoniser l’énergie environnementale pour favoriser le bien-être, la santé et la prospérité. Mais ce que la créatrice a surtout retenu dans cette discipline, c’est aussi la symbolique des animaux célestes qu’elle métamorphose en parures joaillières. Ainsi, on y retrouve, le célèbre poisson qui symbolise la prospérité, orné pour l’occasion de saphirs multicolores, tsavorites, rubis  et hauynites. La sympathique Grenouille, qui symbolise la richesse, tient dans sa bouche une pièce de monnaie chinoise tout en se hissant sur un nénufar en jade blanc gravé. Rappelant les couleurs des peintures de la Cité Interdite, ses boucles d’oreilles formées de 3 pendants sont ornées de perles en jade blanc, saphirs, calcédoines, diamants et laque rouge. Une collection qui donne une énergie positive.

 

Rencontre d’Amélie Viaene et de la japonaise Michi Suzuki

La créatrice Amélie Viaene, qui a eu la chance de prendre part en 2016 au G7 sur les métiers d’Art au Japon, continue à explorer le raffinement de cette civilisation. À la recherche d’une constante harmonie dans ses créations, elle se sent proche de la philosophie du Wa qui guide l’esthétisme japonais. Elle innove maintenant dans le cadre d’une première collaboration artistique avec l’artiste verrière japonaise Michi Suzuki, installée à Paris. Dans une combinaison inédite entre joaillerie et verrerie d’art, Amélie Viaene a souhaité sublimer la matière délicate du verre en la combinant aux pierres et au métal précieux. Sa collection baptisée « Kiku » porte le nom des chrysanthèmes en japonais tant célébrés dans ce pays. Cette fleur est devenu un  véritable symbole national,  notamment lors du « Festival du bonheur ». Amélie Viaene associe les délicates perles de verre de Michi Suzuki aux rubis, saphirs, spinelles et diamants pour rendre hommage à leur préciosité. Les petits pendentifs prennent des formes ludiques et futuristes rappelant les satellites Kiku mis en orbite par les Japonais. Une collaboration innovante et enrichissante que l’on peut véritablement saluer !

Kyra Brenzinger

 

Légendes :

Boucles d’oreilles artichaut de Ilgiz F présentées à l’exposition du Kremlin et dans sa nouvelle galerie à Paris
La nouvelle Galerie  Ilgiz F au 4, Rue de Miromesnil à Paris avec des vitrines Art Nouveau dessinées par le créateur
L’artiste-joaillier Ilgiz Fazulzyano, entouré de sa femme et de sa fille lors de l’inauguration de l’exposition
Lydia Courteille, boucles d’oreilles Carpes, or rhodié noir, rubis, saphirs jaunes, saphirs, tsavorites, jades et hauynites
Lydia Courteille, boucles d’oreilles  or rhodié noir, jades blancs, calcédoines, diamants, saphirs de couleur et laque
Lydia Courteille, bague Grenouille, jade blanc gravé, améthystes, saphirs, onyx, rubis et diamants bruns
Amélie Viaene, pendentifs Kiku or blanc, perle de verre de Michi Suzuki et diamants:  ©Amélie Viaene, photographe C.Jeney
Amélie Viaene, pendentifs Kiku, perle de verre de Michi Suzuki, rubis framboises et saphirs roses:  ©Amélie Viaene, photographe C.Jeney
Amélie Viaene, pendentifs Kiku or noir, perle de verre de Michi Suzuki, spinelles:  ©Amélie Viaene, photographe C.Jeney