Aurélie Fontan, une créatrice de mode « sustainable & biodesign »
Aurélie Fontan, une créatrice de mode « sustainable & biodesign »
Aurélie Fontan, une créatrice de mode « sustainable & biodesign »
Aurélie Fontan, une créatrice de mode « sustainable & biodesign »
Aurélie Fontan, une créatrice de mode « sustainable & biodesign »

 

Fondatrice de sa propre marque Aurélie Fontan design et co-fondatrice de la marque MYKKÖ, cette jeune créatrice émergente est à suivre de près.

Elle est la première à avoir créé une robe totalement biodégradable en utilisant un mélange de thé Kombucha fermenté, de sucre, de levure et de bactéries.

Pouvez-vous me parler de votre parcours ?
Aurélie Fontan : Après un bac littéraire, j’ai suivi  l’École de mode Duperré. Pour me parfaire dans ma formation, j’ai ensuite décidé de partir en Angleterre et de faire ma licence à l’université d’Art d’Édinbourg, une école axée sur la diversité, l’écologie et le biodesign. En 3ème année, j’ai commencé à travailler dans un laboratoire scientifique ce qui m’a apporté une autre dimension dans mon travail et je me suis spécialisée dans le biodesign. J’ai ensuite été designer assistant chez Mark & Spencer. Je suis actuellement en master au Royal College of Arts à Londres.

Quels prix avez-vous reçu ?
Aurélie Fontan : À la fin de ma licence, en 2018, j’ai participé à la Graduate Fashion Week à Londres (400 meilleurs étudiants de tout le Royaume-Uni) et j’ai eu 6 nominations dont le prix Dame Vivienne Westwood Ethnical & Sustainable, le Mark & Spencer pour la meilleure collection de prêt-à-porter pour femmes et le prix Catwalk Textiles pour les meilleurs tissus fabriqués. En 2019, j’ai ouvert mon propre studio et j’ai gagné le prix Ones to Watch par Fashion Scout. Grâce à ces prix, j’ai pu faire mon 1er show à la Fashion Week de Londres en 2019 !

Quel est le concept de votre marque ?
Aurélie Fontan : Chaque collection est faite à la main, ce sont presque des « pièces d’art ». Je me considère comme de la mode couture, luxe et utilisant de nouvelles technologies.

Comment la qualifierez-vous ?
Aurélie Fontan : Je dirais durable, circulaire, avant-gardiste, spéculative et versatile. Toutes mes collections sont différentes, pour chacune d’entre elles, on pourrait penser qu’elles viennent d’un créateur différent.

Comment avez-vous eu l’idée d’utiliser ce type de matériaux ?
Aurélie Fontan : Aujourd’hui, il y a énormément de personnes qui s’accrochent à la mode écolo et durable car « c’est à la mode » et il y a beaucoup de « green washing ». Déjà lors de ma licence, j’ai pensé à chercher des tissus écologiques, mais je ne voulais pas me limiter à des tissus organiques type soie ou coton car ils sont très polluants. En 4ème année, j’ai pensé à créer mon propre tissu et mes propres matières. J’ai fait pousser mon propre tissu en cellulose, j’ai donc fait une robe en thé Kombucha. J’ai voulu prouver que oui c’était compliqué et que ça ne se portait pas dans la vie de tous les jours, mais que c’était possible à réaliser ! J’ai créé une robe qui est à 100% compostable et biodégradable. Je pousse un concept qui s’appelle « techno craft » : le mélange des nouvelles technologies et le côté artisanal (fait main).

Quelle est votre dernière création ?
Aurélie Fontan : J’ai fait une collaboration avec Netflix en novembre 2020, pour la série les Chroniques de Bridgerton où j’ai eu l’occasion de créer 2 robes en zéro waste pour Daphnée & Lady Danbury en soie. Nous étions 3 designers sélectionnés, notamment grâce à une bourse que j’ai reçu.

Avez-vous fait d’autres collaborations ?
Aurélie Fontan : J’ai également fait une collaboration avec Samsung (ma 2ème collection), qui fut la 1ère collection au monde réalisée sur un téléphone portable. Tout le design de la collection a été fait sur le téléphone, on a utilisé un robot pour peindre sur le tissu au lieu de l’imprimer. Le téléphone était donc connecté au robot et toutes les pièces sont liées avec des pièces imprimées en 3D. La robe peut donc être modulée, enlevée, remise comme un robot et les robes étaient en cuir recyclé.

Avez-vous déjà participé à un salon et comment décririez-vous ces expériences ?
Aurélie Fontan : J’ai participé au Salon Sustainable Angle à Londres dans la section innovation. Pour les fashion weeks, c’est toujours stressant car il y a toute une préparation, beaucoup de personnes travaillent pour moi. Le plus stressant est l’évènement live. Est-ce que la mannequin va réussir à marcher avec ma robe ? Avoir toutes ces expériences à mon âge m’apportent beaucoup d’expériences professionnelles.

Quelle stratégie de communication adoptez-vous ?
Aurélie Fontan : J’utilise principalement Facebook, Instagram surtout avec la crise du covid. Je suis en train de me questionner sur le fait de rester un studio spéculatif ou de devenir une marque. J’ai pas mal de parutions dans des magazines où l’on m’a interviewé. Les prix que j’ai gagné me donnent une légitimité.

Quelles sont vos ambitions pour la suite ?
Aurélie Fontan : Je suis en train d’essayer de créer une robe en mycélium, un champignon pour ma prochaine collection ! On va faire pousser le vêtement en live en filmant tous les jours pour voir l’évolution. J’essaye de voir si je garde le côté innovation et si j’ajoute du prêt-à-porter ou encore du sur-mesure. Ma prochaine collection sort dans 3 mois….

Article réalisé par Anna Maucotel, supervisé par Kyra Brenzinger dans le cadre du Bachelor 1 Luxe – Groupe EAC-ING Paris

Pour en savoir plus : https://www.aureliefontan.com

Instagram : aureliefontan.design
Photos by courtesy Aurélie Fontan