Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique
Bianchi : un atelier familial perpétuant un savoir-faire unique

En mars dernier, le Guide-Joailliers avait visité pour la première fois les ateliers Bianchi à Maizières-les-Metz à la rencontre de la famille Bianchi, aussi passionnée que passionnante pour son savoir-faire joaillier et horloger.

Et pendant le confinement, Alexandre Bianchi s’est engagé fortement localement en participant à l’opération « La ruche qui dit oui » mettant en place un service de livraison aux personnes âgées et isolées.

A quelques kilomètres de Metz, la maison Bianchi propose un atelier particulièrement impressionnant  de 1100 m2 répartis sur deux étages. Au rez-de-chaussée, vous entrez au sein d’une pièce centrale de réception où un grand canapé en cuir blanc et un feu de cheminée vous attendent pour vous sentir chaleureusement accueilli. De grandes vitrines au centre mettent en scène la joaillerie, créée par Alexandre Bianchi (le fils), ornées de blocs de minéraux évoquant la magie de la nature. « Nous voulons faire découvrir à notre clientèle des pierres peu connues et tout à fait fascinantes comme les agates paysages, le cristal de roche, le bois fossilisé ou encore la labradorite qui ne demandent pas de gros budgets ».

Cette mise en perspective du bijou est particulièrement intéressante reliant la création à la nature, mais aussi amenant une clientèle masculine à s’intéresser au bijou.

Après cette première immersion, Alexandre reçoit les clients dans un espace plus intimiste : son bureau, entouré de nombreux croquis, afin d’élaborer des pièces sur-mesure. « Nous recevons de jeunes mariés à la recherche d’alliances personnalisées, mais aussi des clients souhaitant faire réaliser un bijou pour un événement spécial ou pour leur propre plaisir ».

Sur la partie gauche de la boutique, c’est le domaine de Pierre Bianchi (le père), maître-horloger. Derrière un comptoir, il reçoit la clientèle qui souhaite acheter ou faire réparer des montres ou des horloges. Il diagnostique scrupuleusement les demandes et guide les gens notamment à la découverte de ses montres-squelettes uniques. « A l’ère de la série, nous proposons du sur-mesure avec des personnalisations du mécanisme en gravant par exemple des initiales, la date d’un événement ou la forme d’un visage ou encore d’un animal… ».

A l’arrière de la boutique, vous pouvez découvrir l’atelier de restauration des pendules avec notamment les grandes horloges dites comtoises traditionnelles. Mais aussi les carillons, coucous traditionnels ou automates. « Nous travaillons aussi avec des musées, mairies, cathédrales qui nous confient des pièces extraordinaires, car nous avons un véritable savoir-faire dans ce domaine. Ces institutions ou collectionneurs privés de France ou des pays avoisinants (Luxembourg, Belgique, Allemagne) nous envoient leurs pièces ».

Et pour la nouvelle génération, Alexandre Bianchi a créé un nouveau concept choisissant de transformer les vieilles pendules laissant apparaître les anciens mécanismes, associés à des photos artistiques ou de familles ou sur une plaque ouvragée par une artiste métallière locale.

A l’étage, vous accédez au bureau de la direction où Maria Bianchi (la maman) et son magnifique chien-loup veillent de façon bienveillante sur les ateliers. En tout, 6 jeunes collaborateurs s’affèrent dans l’infiniment petit notamment dans l’art horloger.  « C’est un atelier unique dans la région avec une grande diversité du travail,  ce qui est rare », nous explique le jeune Nicolas qui a quitté Paris pour venir travailler ici en Loraine. « Etre un horloger c’est être un détective : il faut trouver la panne et savoir se remettre en question », confirme Pierre Bianchi. Il faut aussi avoir une patience et une dextérité exceptionnelle quand vous savez que pour remonter une petite montre des années 50, il faut assembler environ 50 à 120 pièces. D’ailleurs, l’atelier SAV est certifié pour de nombreuses marques horlogères et notamment pour le groupe Swatch, avec le niveau 3 (le maximum requis pour ses marques). Ainsi, de nombreux clients viennent de toutes les régions pour se faire réparer des montres des plus récentes aux plus anciennes.

Concernant l’atelier de joaillerie à l’étage, tout est intégré sur un même lieu: de l’apprêteur au bijoutier jusqu’au sertisseur. Volontairement, Alexandre Bianchi a souhaité garder le travail traditionnel du métal sans passer par la cire ou la CAO. C’est aussi ce travail à la main qu’il souhaite valoriser à travers des ateliers d’initiation pour le grand public. « Nous voulons montrer toutes les étapes de fabrication pour faire comprendre qu’un bijou demande beaucoup d’heures et de savoir-faire. Le client évalue mieux aussi son prix et c’est aussi valorisant pour notre équipe », explique Alexandre Bianchi.

Sur le mur, une photo est agrafée avec Adriana Karembeu portant un bijou, créé par Alexandre Bianchi. « C’était en 2014, à l’occasion de l’événement pour les Sapins de Noël des créateurs et Adriana Karembeu est venue découvrir nos ateliers en Lorraine. Cela avait fait grand bruit d’avoir une figure aussi médiatique chez nous ».

Mais pas seulement les stars…tout le monde peut visiter les ateliers Bianchi et accéder à son bijou de rêve !

 

Reportage réalisé par Kyra Brenzinger

 

Pour en savoir plus :

Maison Bianchi
68, route de Metz
57280 Maizières-les-Metz
France

Tél.+33 (0)3 87 80 37 42
bianchi_alexandre@hotmail.com
www.maison-bianchi.fr/