Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »
Courbet : le diamant de synthèse comme « Alter-native »

Sujet brûlant et particulièrement d’actualité, le diamant de synthèse arrive en France après un succès grandissant aux Etats-Unis et à l’international.

Nous avons rencontré Manuel Mallen, co-fondateur de la marque Courbet, qui nous explique sa stratégie d’implantation en France.

Pouvez-vous nous dire ce qu’est un diamant de synthèse ?

Manuel Mallen : C’est un diamant qui a poussé dans un laboratoire. Il a été créé par l’homme. Il a les mêmes propriétés optiques, physiques et chimiques que ceux que l’on trouve au fond de la mine et sont certifiés par les mêmes laboratoires internationaux (GIA, HRD, IGI). Nous préférons appeler ce diamant “diamant de culture” ou “diamant de laboratoire”, comme aux Etats Unis.

Selon vous le diamant de synthèse est une vraie « alter-native » ?

Manuel Mallen : En effet, cette notion résume bien le concept d’un autre type de naissance, mais aussi d’une nouvelle conception de la joaillerie plus éthique et plus écologique…  Du fait que le diamant est créé en laboratoire, son impact écologique serait 15.000 fois moins polluant que les diamants extraits des mines. De plus, nous avons choisi, toujours dans la même logique environnementale, d’utiliser de l’or recyclé provenant de déchets industriels et du cuir recyclé pour nos écrins.

Comment sont fabriqués ces diamants ?

Manuel Mallen : Il existe deux processus de fabrication qui ne font que reproduire les conditions dans lesquelles le diamant s’est formé sous terre ou dans l’univers. Ces deux méthodes portent respectivement les noms de HPHT et de CVD. Nos fournisseurs emploient les deux méthodes, ils se situent pour la plupart aux Etats-Unis et utilisent l’énergie solaire.

Quel est l’avantage d’acheter un diamant de synthèse ?

Manuel Mallen : La première et principale raison invoquée par nos clients est le désir de consommer mieux, en ayant un impact réduit sur l’environnement.

Les millennials, les « Green living »,  se sentent déjà très concernés, à terme tout le monde devrait l’être.

D’où le choix du nom de votre marque « Courbet » ?

Manuel Mallen : En effet, c’est le côté disruptif de Gustave Courbet lorsqu’il a dévoilé son tableau « L’Origine du monde » et a révolutionné la peinture qui nous a séduit. De plus notre show-room est installé place Vendôme où Courbet a fait tomber la célèbre Colonne impériale pendant la Commune de Paris. Avec le diamant de synthèse nous bousculons en quelques sortes les codes traditionnels de la joaillerie.

Pourtant vous proposez des collections assez « sages » avec notamment des modèles Bridal ?

Manuel Mallen : Pour débuter notre collection, nous avons en effet misé sur des collections assez classiques, dessinées par la co-fondatrice et designer Marie-Ann Wachtmeister. Elle a décliné 6 collections mettant en scène le diamant avec des designs intemporels et des bagues de fiançailles. Nous préparons aussi pour la fashion week de juillet une première collection de haute joaillerie !

Comme le plus grand diamant brillant de synthèse de 9 carats par exemple ?

Manuel Mallen : Exactement ! Nous l’avons dévoilé en preview au mois d’avril, il s’agit d’un record mondial : avec 9 carats c’est le plus grand diamant de culture de taille brillant et d’une qualité exceptionnelle (E-VVS) d’un blanc spectaculaire. Ce diamant d’exception fait partie de la première collection de Haute Joaillerie « Water » de la marque Courbet, dessinée par Marie-Ann Wachtmeister et lancée en juillet prochain.

Et vous venez d’ouvrir un point de vente au Printemps…

Manuel Mallen : C’est notre volonté d’être facilement accessible pour le grand-public grâce à un grand magasin de référence, tout en proposant de recevoir la clientèle aussi place Vendôme en étage dans notre show-room, notamment pour les créations sur-mesure.

 

Pour en savoir plus :

Courbet (sur rendez-vous)
7, place Vendôme
75001 Paris

https://www.courbet.com/

Tél. 01 83 75 74 20

What’s App +33 6 42 95 79 11

Et au Printemps Haussmann – 1er étage

 

Légendes :

– Record mondial :  le plus grand diamant de synthèse de taille brillant avec 9 carats et d’une qualité exceptionnelle de E-VVS, une pièce de la collection de Haute Joaillerie « Water » de la marque Courbet
– Manuel Mallen et Marie-Ann Wachtmeister, co-fondateurs de la marque Courbet
– Courbet qui reçoivent sur rendez-vous au showroom du 7 place Vendôme.
– Début mai, la marque Courbet a ouvert une première boutique au 1er étage du Printemps Haussmann.
– Bague de fiançailles Halo, sertie d’un diamant de culture, créé en laboratoire, taille princesse et pavée de diamants taille brillant, montée sur or blanc écologique recyclé.
– Bracelet Eclipse en or blanc écologique recyclé serti de diamants de culture, créés en laboratoire.
– Bracelets Eclipse en or écologique recyclé serti de diamants de culture, créés en laboratoire.
– Bracelet « 02 » en or écologique recyclé serti de diamants de culture, créés en laboratoire.
– Bague Co en or écologique recyclé serti de diamants de culture, créés en laboratoire.