Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !
Exposition Pierres Précieuses : Une immersion au cœur des gemmes !

Après des mois d’attente, l’exposition Pierres Précieuses, organisée conjointement par la maison Van Cleef & Arpels et le Muséum National d’Histoire Naturelle, ouvre enfin ses portes.

Initialement prévue au mois de mars, elle a été reportée à cause de la crise du Covid à mi-septembre. Le Guide-joailliers vous propose une visite en preview de cette exposition d’envergure à découvrir jusqu’à juin 2021.

Minéraux, gemmes et joyaux

Les salles plongées dans le noir laissent place à la beauté des pièces, dévoilées au grand public. De nombreuses vitrines (36) présentent de façon très didactique (un peu classique) les nombreuses pierres utilisées dans la joaillerie, de la pierre brute aux gemmes taillées jusqu’au joyau final. De beaux spécimens de pierres brutes comme les extraordinaires topazes impériales, les aigues-marines ou péridots proviennent du muséum du Jardin des Plantes ou du musée des mines. Plus de 360 minéraux, gemmes et 250 créations joaillières sont à découvrir à travers ce triptyque. Dès la première vitrine, le public peut découvrir  le rubis et l’incroyable savoir-faire du joaillier Van Cleef & Arpels qui a inventé la technique du Serti Mystérieux en 1933. Avec fascination, on découvre le rubis brut couleur « sang de pigeon » de la Vallée de Mogok en Birmanie jaillissant d’une pierre brute en marbre blanc pour devenir un précieux bijou : le clip Fuchsia (présenté sur l’affiche officielle).

A cette occasion, la maison de la Place Vendôme a sorti des pièces iconiques comme le collier d’inspiration indienne, de 1971
de l’ancienne collection de la Begum Salimah Aga Khan
 avec des émeraudes gravées exceptionnelles. Citons également le Clip Oiseau et pendentif Walska, un oiseau tenant en son bec  un diamant jaune taille briolette de 96,62 carats
. Cette pierre remarquable a appartenu dans les années 1930 à la cantatrice polonaise Ganna Walska, propriétaire du théâtre des Champs Élysées à Paris. Ce clip Oiseau témoigne également de la tradition des bijoux transformables, caractéristique de Van Cleef & Arpels : les ailes se détachent et peuvent être portées en boucles d’oreilles, la queue devient un clip, tandis que le diamant jaune est également un pendentif.

« Notre collaboration avec le Muséum s’inscrit dans une longue tradition de dialogue entre l’esthétique et la science, entre l’art et
 la technique ; un dialogue, inhérent à nos métiers, que Van Cleef & Arpels souhaite valoriser et transmettre », explique Nicolas Bos, président de Van Cleef & Arpels.

Objets précieux : des pièces d’exception

De rares objets jalonnent le parcours, mais sont tout particulièrement exceptionnels. « S’il ne faut en retenir qu’un, ce sera la « table de Mazarin » en marqueterie de pierres représentant fleurs et animaux. Cet objet majestueux allie le savoir-faire des Hommes de la Renaissance à la beauté des pierres, à l’exactitude des espèces représentées et à l’histoire de France », précise Bruno Davis, président du Muséum National d’Histoire Naturelle. La Grande Table offerte en 1659 au cardinal Mazarin par les princes Orsini évoquant les thèmes de la guerre et de la paix, rehaussés de motifs naturalistes tels des oiseaux, des roses, des papillons. Son plateau en marbre de Carrare est incrusté avec la technique de « Pietra Dura » de lapis-lazuli, de jaspes, de nacre et d’une multitude de gemmes.

Autres pièces exceptionnelles : le coffret dit d’Anne d’Autriche en ambre et ivoire (vers 1680) ou la coupe en cristal de roche du 17ème siècle. Plus contemporaine, l’Arbre aux tourmalines du joaillier Jean Vendome (décédé en 2017) présente artistiquement des tranches de tourmaline « melon d’eau » et de nombreuses autres pierres fines accrochées sur un arbre stylisé.

Des gemmes historiques

Dans sa troisième partie, l’exposition rappelle l’importance historique, scientifique et artistique que tient Paris, lieu de savoirs.

Évoquer les gemmes renvoie immanquablement aux collections royales et aux figures emblématiques qui les ont marquées. Parmi elles, Jean Baptiste Tavernier qui, en procurant à Louis XIV des diamants indiens de tout premier plan, a contribué à établir à Paris un centre européen de l’importation et de la retaille de pierres précieuses. « On vient d’ailleurs de découvrir au Muséum que la taille en brillant a été inventée pour le Roi-Soleil. Ce savoir-faire devenu une spécialité française, qui sert l’image du pouvoir, donnera le jour au grand diamant bleu, premier brillant attesté de l’Histoire », explique François Farges, professeur de minéralogie au Muséum national d’Histoire Naturel. Malheureusement perdu, ce diamant a été reconstitué par l’équipe de François Farges au Muséum associée à un collège d’experts Nord- Américains, à partir d’un moulage en plomb découvert en 2008.

Ce célèbre diamant bleu était serti sur l’insigne de la Grande Toison d’Or. En 1749, Pierre-André Jacqmin réalise pour Louis XV un insigne de l’ordre de la Toison d’Or, mettant en scène un pommier aux fruits d’or soutenu par la précieuse toison du bélier mythique. « Dérobée puis détruite en 1792, la Grande Toison d’or a été reconstituée en 2010 avec le joaillier Herbert Horovitz  après cinq années de recherches scientifiques et en histoire de l’art, réunissant les plus grands experts mondiaux dont ceux du Muséum », précise François Farges.

Cette exposition propose une immersion au coeur des gemmes et de notre propre histoire en rappelant comment elles ont fasciné les plus grands de ce monde jusqu’à aujourd’hui.

 

Kyra Brenzinger/Rédactrice en chef

 

Exposition Pierres Précieuses

du 16 septembre 2020 au 14 juin 2021

Grande Galerie
 de l’Évolution


36 rue Geoffroy St-Hilaire – Paris 5ème

01 40 79 54 79 / 56 01

https://www.jardindesplantesdeparis.fr/fr/programme/galeries-jardins-zoo-bibliotheques/pierres-precieuses-3957

#ExpoPierresPrécieuses

Légendes :

  • Affiche officielle de l’exposition Pierres Précieuses à la Grande Galerie de l’Evolution
  • Topaze bleue gemme quartz morion ©MNHN- F-Farges
  • Collier d’inspiration indienne, 1971
Or jaune, émeraudes gravées, diamants
Ancienne collection de la Begum Salimah Aga Khan
Collection Van Cleef & Arpels
Patrick Gries © Van Cleef & Arpels SA
  • Clip Oiseau et pendentif Walska, 1971-1972
Or jaune, émeraudes, saphir, diamants jaunes et blancs
et un diamant jaune taille briolette de 96,62 carats
Collection Van Cleef & Arpels
Patrick Gries © Van Cleef & Arpels SA
  • l’Arbre aux tourmalines du joaillier Jean Vendome- coffret dit d’Anne d’Autriche en ambre et ivoire (vers 1680) – coupe en cristal de roche du 17ème siècle -Grande Table offerte en 1659 au cardinal Mazarin © photo Kyra Brenzinger
  • Clip Pivoine, 1937
, platine, or jaune, Serti Mystérieux rubis, rubis, diamants
Ancienne collection de SAR la princesse Faiza d’Égypte Collection Van Cleef & Arpels
-Patrick Gries © Van Cleef & Arpels SA
  • Collerette Cravate, 1954
, platine, saphirs, diamants – Collection Van Cleef & Arpels
-Patrick Gries © Van Cleef & Arpels SA
  • Reconstitution de l’insigne de la Grande Toison d’or de Louis XV, réplique réalisée par Herbert Horovitz selon le gouaché de la Grande Toison d’or, Pierre-André Jacqmin, 1749 © Collection privée © Photo Kyra Brenzinger
  • Reconstitution des 20 plus beaux diamants acquis par Louis XIV en 1668 (zircone cubique) © MNHN / F. Farges
  • Diamant rose de 51 carats de la mine de la rivière orange au Cap-du-Nord, Afirque du Sud © MNHN / F. Farges