Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades
Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades
Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades
Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades
Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades
Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades
Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades
Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades
Jean Boggio  dévoile ses nouvelles Mascarades

Véritable conteur-joaillier, Jean Boggio a reçu carte blanche par le Musée des Tissus de Lyon pour présenter ses 40 ans de création particulièrement prolifiques.

Porté par un imaginaire débordant, Jean Boggio aime depuis toujours raconter ses songes qui ont bercé son enfance allant d’un cirque joyeux à une jungle luxuriante.

Visitant à 8 ans le Musée des Tissus de Lyon avec sa famille, il n’aurait pourtant pas imaginé un jour y exposer. Pour lui, tout est parti des dessins de son enfance et comme il aime le rappeler « pour moi le dessin c’est l’âme du conteur. Dès que j’ai su tenir un crayon, j’ai su raconter des histoires ».

Volontairement espiègle, il baisse le masque pour dévoiler ses dernières créations de bijoux en forme d’éventail XXL évoquant les bals masqués de Louis XIV et les jeux de mains des favorites laissant des messages secrets dans les éventails.

Ce joaillier-orfèvre de formation est bien trop curieux pour se cantonner au simple bijou. Véritable homme-orchestre, il crée tout un univers en collaborant avec de grands noms comme Daum, Haviland, Baccarat… pour métamorphoser ses créations en cristal, porcelaine ou tissus d’ameublement. « A travers cette rétrospective, je rends hommage au savoir-faire français et notamment aux artisans lyonnais avec les soyeux Brochier ou Tassinari & Chatel, le Bronze d’Art Français ou l’orfèvre Montibert… L’artisanat est la 1ère entreprise de France et le savoir-faire français rayonne à l’international depuis Colbert ! », explique avec enthousiasme Jean Boggio.

Un de ses thèmes fondateurs, l’arbre de vie prend place dans la cour du musée avec des oliviers dorés invitant à découvrir l’exposition.

A l’étage, une enfilade de 12 salles permet de découvrir la richesse créative de l’artiste. Ses objets sont exposés dans des atmosphères oniriques entre soleil et lune jouant sur la lumière du jour et de la nuit.

Son thème fétiche, le cirque magique de son enfance est peuplé de singes et de jongleurs métamorphosés en sculptures, frises ou collier surmonté de perles évoquant le faste de la Renaissance italienne.

Avec génie et exubérance, il joue le paysagiste avec ses jardins extraordinaires ou l’architecte avec ses villes imaginaires. La tour de Babel se métamorphose en bagues ou en centre de table et la ville de Venise, où il est parti en résidence d’artiste, a enrichi son imaginaire avec des collections en verre de Murano ou des miroirs.

Les salles dialoguent entre elles. Le visiteur évolue dans une sorte de promenade énigmatique au cours de laquelle les objets, les dessins se répondent sous différentes formes pour recomposer un récit onirique. L’exposition s’achève sur une ode à Bacchus, dieu du vin, de la danse et des plaisirs de la vie. Des oliviers à la vigne, cette déambulation nous raconte une vie d’espoir et de fêtes.

Avec la fermeture des musées et des expositions, Jean Boggio nous invite dans un voyage imaginaire que le grand-public pourra apprécier par vidéo jusqu’au 15 avril : https://www.instagram.com/p/CMSJiwroZse/

https://www.museedestissus.fr/pages/exposition/38:mascarade-jean-boggio

L’exposition continuera au sein de l’atelier :

Contact Jean Boggio sur rendez-vous : 

Galerie Jean Boggio à Saint-Joseph-en-Beaujolais – P.00 33 662278375 – jeanboggio@wanadoo.fr – https://jeanboggiofrance.com/

 

Interview de Kyra Brenzinger

PHOTOS:

1-8 : Exposition Les Mascarades de Jean Boggio  – Crédit photos :  Lyon,  Musée des Tissus – Pierre Verrier
9- Façade du musée des Tissus
© Lyon, musée des Tissus — Sylvain Pretto