L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France
L’Hôtel de la Marine : un joyau pour la France

Ce n’est pas par hasard que Paris est une capitale qui séduit tous les amoureux des arts. Aujourd’hui,  la capitale récupère un véritable joyau de l’histoire de France : l’Hôtel de la Marine, place de la Concorde.

De Louis XV à la Révolution

Commandité par Louis XV, le projet de Ange-Jacques Gabriel est retenu par le roi prévoyant deux palais, séparés par la rue Royale  (à gauche aujourd’hui le Crillon et à droite l’Hôtel de la Marine).  Le bâtiment est affecté en 1768 comme garde-meuble de la Couronne abritant des pièces d’art décoratif et des armures, mais surtout les célèbres joyaux de la Couronne…. La Révolution de 1789 a mené notamment au tristement célèbre épisode du vol des bijoux de la Couronne. Dans la nuit du 11 au 17 septembre 1792, une bande de brigands, menée par Paul Miette, s’est introduite dans le salle des bijoux pour y dérober les joyaux. Selon l’inventaire, le trésor était composé de plus de 10.000 pierres : diamants, perles, rubis… dont le Grand Saphir de Louis XIV ou le diamant Sancy ou encore le diamant Régent, estimé à 12 millions de livres (aujourd’hui plusieurs dizaines de millions). Le célèbre diamant bleu, le Hope est réapparu 20 ans plus tard et retracé par François Farges (à lire https://www.guide-joailliers.com/fabuleux-destin-diamants-de-tavernier/).

L’installation de la Marine

À l’automne 1789, Louis XVI est contraint par les révolutionnaires de quitter Versailles pour Paris. Son départ a pour corollaire le transfert à Paris des administrations du royaume. Ainsi le comte de la Luzerne, secrétaire d’État à la Marine de Louis XVI, est-il en quête d’un bâtiment à même de pouvoir accueillir son administration. C’est finalement au Garde-Meuble de la Couronne, dans des espaces situés dans l’aile donnant sur la rue Royale, que s’installe la Marine. C’est ainsi que s’ouvre une période de cohabitation entre l’état-major de la Marine et le Garde-Meuble de la Couronne qui demeure maître des lieux. Progressivement, la Marine devient affectataire de l’ensemble du bâtiment et marque alors sa présence avec notamment « musée naval » ouvert en 1801 pour présenter des modèles de vaisseaux ainsi que la série des ports de France du peintre Joseph Vernet.

 

Lieu témoin de l’Histoire de France

Parallèlement, l’Hôtel de la Marine continue d’être un lieu important de représentation, parfois d’exercice du pouvoir. Des manifestations et événements insignes y sont organisés : bal en l’honneur du sacre de Napoléon Ier en 1804, venue de Louis-Philippe pour assister à l’érection de l’obélisque de Louxor sur la place de la Concorde (1836), tenue de la commission présidée par Victor Schœlcher, aboutissant à la rédaction du décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848… Ce rôle de représentation s’est poursuivi jusqu’à une époque plus récente. Ainsi, en 1989, dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la Révolution française, c’est depuis la loggia du monument que les chefs d’État et de gouvernement étrangers ont été invités à observer le défilé commémoratif conçu par Jean-Paul Goude.

L’Hôtel de la Marine récupéré par le Centre des monuments nationaux

Depuis juin 2021, au terme d’une importante campagne de restauration et d’aménagement lancée en 2017, le Centre des monuments nationaux a ouvert au public les espaces patrimoniaux de l’Hôtel de la Marine. La cour d’honneur, la cour de l’Intendant avec la verrière transparente imaginée par l’architecte Hugh Dutton et la librairie-boutique sont accessibles librement toute l’année depuis la rue Royale ou la place de la Concorde, recréant une nouvelle circulation dans le quartier.

L’Hôtel de la Marine propose donc une immersion dans un grand palais du siècle des Lumières, œuvre d’Ange-Jacques Gabriel, premier architecte du roi. Pour ce palais, le premier intendant du Garde-Meuble, Pierre-Élisabeth de Fontanieu, avait souhaité les décors les plus somptueux, s’appuyant pour cela sur les meilleurs artistes et artisans du royaume. Les salons d’apparat, qui sont sans doute les pièces les plus connues du public, ont été entièrement refaits déjà au XIXe siècle.

Une restauration raffinée et totalement maîtrisée

Le Centre des monuments nationaux s’est donné pour objectif, chaque fois que cela était possible, de retrouver les décors intérieurs du XVIIIe siècle et de leur redonner vie. Dans le cadre d’un mécénat de compétence, Joseph Achkar et Michel Charrière ont apporté leur expertise et compétence à la restitution des parties XVIIIe de l’Hôtel de la Marine, et notamment les appartements de l’Intendant et les appartements de Madame Thierry de Ville-d’Avray.  Les appartements de Thierry de Ville-d’Avray, dont la distribution n’a pas été modifiée, ont été restitués selon un état très voisin de celui qu’ont connu les intendants du Garde-Meuble et que les inventaires d’époque ont minutieusement documenté. Le décor du xviii e siècle en faux marbre et en pierres appareillées de l’escalier qui mène aux appartements a été dégagé et restauré. Le cabinet doré, redécouvert grâce à des opérations de sondage, a retrouvé son décor occulté par les aménagements successifs : utilisée comme office au XIXe siècle puis comme cuisine au XXe siècle, la pièce était recouverte de parois en Inox derrière lesquelles se trouvaient, presque intacts, les lambris et décors du siècle des Lumières

Les actuels salons d’apparat correspondent aux anciennes salles d’exposition du Garde-Meuble. Leur distribution et leurs décors ont été conservés selon leur état du XIXe siècle, à la suite des modifications importantes réalisées dans ces espaces par l’état-major de la Marine.

Les galeries d’exposition de la Collection Al Thani

A partir de l’automne 2021, l’ancienne galerie des tapisseries du Garde-Meuble et la salle anciennement affectée au centre opérationnel de la Marine, seront occupées par les galeries d’exposition de la Al Thani Collection. Les galeries d’exposition de la Collection à l’Hôtel de la Marine sont nées d’un accord historique  entre le Centre des monuments nationaux et la Al Thani Collection Foundation pour les 20 prochaines années, parallèlement à un programme d’expositions temporaires thématiques.

On se souvient de l’exposition Joyaux des grands Moghols aux Maharajahs en 2017 au Grand Palais, mais les collections Al Thani d’art décoratif ont été présentées dans de nombreux musées du monde comme le Metropolitan Museum of Art de New York ou  le Victoria and Albert Museum de Londres.

Prochaine exposition inaugurale en automne 2021 : Trésors de la Collection Al Thani L’exposition inaugurale, qui débutera à l’automne 2021, mettra en lumière une riche diversité d’œuvres représentant de nombreuses civilisations et couvrant une période de plus de 5000 ans. Célébrant la force unificatrice de l’art à travers les cultures, l’exposition réunit des pièces maîtresses telles que la tête d’une figure royale d’Egypte ancienne sculptée dans du jaspe rouge (1475-1292 av. J.-C.), un pendentif en bois Maya (200-600 apr. J.-C.) ou encore la coupe de jade de l’empereur moghol Jahângîr (1569-1627).

De nombreux joyaux à découvrir dans cet écrin exceptionnel !

Pour en savoir plus :

www.hotel-de-la-marine.paris/

Légendes photos :

Les salons d’apparats de l’Hôtel de la Marine du xixe siècle. © Ambroise Tézenas / Centre des monuments nationaux
La façade  de l’Hôtel de la Marine sur la place de la Concorde © Jean-Pierre Delagarde / Centre des monuments nationaux
Loggia vue sur la place Concorde © Jean-Pierre Delagarde / Centre des monuments nationaux
Verrière de la cour de l’intendant © Nicolas Trouillard / Centre des monuments nationaux
La cour d’honneur © kyra Brenzinger
La salle de jeux © kyra Brenzinger
Le cabinet des glaces © Didier Plowy / Centre des monuments nationaux
Grand cabinet de travail de Thierry de Ville D’Avray   © Didier Plowy / Centre des monuments nationaux
Détail de la Salle à manger de l’intendant © Didier Plowy / Centre des monuments nationaux
Jeux de portes entre les salons d’apparats © kyra Brenzinger