Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !
Les Maestros de l’Orchestre Joaillier !

Frédéric Mané, collaborant depuis plus de 15 ans avec les grands noms de la Place Vendôme, a su s’entourer comme un chef d’orchestre de spécialistes dans différentes disciplines pour la réalisation d’une bague d’exception.

Nous l’avons interviewé en présence de William Amor, un ami artiste plasticien.

Quel est le concept de l’Orchestre Joaillier ?
Frédéric Mané : J’aime citer cette phrase d’Antoine de Saint Exupéry : ” Il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines”.  Nous avons créé  ” l’Orchestre joaillier “, un manifeste d’une génération qui est né de la volonté de créer des pièces  sur-mesure avec le temps nécessaire de bien faire les choses autour de démarches éthiques et sincères. Il s’agit d’un concept “non-conventionnel”, réalisé dans les règles de l’art par un groupe de 8 jeunes entrepreneurs œuvrant déjà dans le domaine de la haute joaillerie de la place Vendôme et même au-delà.

Votre histoire est partie concrètement de quel projet ?
Frédéric Mané : Le concept est parti de la réalisation d’une bague pour une cliente brésilienne souhaitant détruire sa bague de fiançailles pour célébrer sa nouvelle vie. C’est une femme d’affaires qui a gravi les échelons alors qu’à l’origine elle était danseuse de Carnaval et elle voulait que la nouvelle bague raconte son histoire personnelle…

En fait vous racontez une vraie métamorphose ?
Frédéric Mané : C’est tout à fait cela ! La bague « Boa Constrictor » se métamorphose du passé vers le présent comme le serpent qui se mue et devient une fleur, ornée d’une émeraude exceptionnelle. La cliente, en vrai mécène de notre projet, a suivi les différentes étapes avec ces 8 artistes qui se sont unis pour créer cette œuvre joaillière.

Pouvez-vous nous décrire ces différentes étapes ?
Frédéric Mané : La première étant ma rencontre avec la cliente pour déterminer les orientations créatives avec la réalisation d’esquisses et ensuite de gouachés. La seconde étape est la modélisation en 3D, réalisée par Victor Borel, afin de mieux visualiser la pièce dans les moindres détails. Pour la fabrication, Marie Grimaud et Félix Albert de l’Atelier Miix, sont rentrés en jeu pour donner vie à la pièce joaillière. Ensuite, l’émailleuse Marie Oberlin et le sertisseur Jonathan Bauché ont mis tous leurs talents pour apporter des touches de couleurs à la pièce. Pour la mise en scène, nous avons fait appel au photographe Yoann L’Hostellier, au vidéaste Sylvain Cahuet et à l’artiste plasticien William Amor.

William, qu’est-ce qui vous a intéressé particulièrement dans ce projet ?
Wiliam Amor: Frédéric a fait appel à moi pour le stylisme photo en créant un parallèle avec la fleur joaillière en métamorphose et mes fleurs que je réalise à partir de plastiques recyclés. C’est une démarche sincère mettant l’humain au centre. Car peu importe les matériaux, grâce à l’esprit créatif, on peut créer une œuvre d’art.

C’est cette liberté de création que vous recherchez tous ?
Frédéric Mané : En effet, nous recherchons cette liberté, cette audace, ce dépassement des techniques… Tous les membres de l’Orchestre Joaillier sont des jeunes gens qui veulent ouvrir les barrières en explorant de nouvelles idées et techniques sans jugement sur la créativité et où le temps ne compte pas.

Mais vous devez trouver des clients qui ont les moyens de ce luxe…
Frédéric Mané : Il est vrai que le sur-mesure s’adresse à une clientèle qui sait ce qu’elle veut et qui souhaite se différencier par rapport à ce qu’ont les autres. Ce service s’adresse surtout à des collectionneurs internationaux avec un prix de départ à environ 20.000 euros. Bien sûr, nous créons aussi des objets et des bijoux encore plus incroyables qui demandent 6 mois à un an de développement. Nous avons notamment un projet pour cet été avec un sculpteur joaillier pour un client russe, digne du Guiness Book… La suite au prochain numéro !

 

Interview de Kyra Brenzinger

Contact :

Frédéric Mané
contact@fredericmane.com
www.fredericmane.com