Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou
Origins of the Gems: De la mine au bijou

Ingrid Kintgen et Olivier Backaert, deux experts gemmologues, se sont lancés dans le nouveau concept Origins of the Gems pour proposer au consommateur une parfaite traçabilité de leurs pierres et bijoux.

Ils nous dévoilent la première collection, sortie d’atelier et retracent le cheminement du sourcing des pierres et de l’or, dénichés aux quatre coins du monde.

Pouvez-vous nous parler du concept de Origins of the Gems ?
Ingrid Kintgen et Olivier Backaert : A travers Origins of the Gems, nous souhaitons que nos clients puissent connaître et délivrer l’histoire de leur bijou, de leurs pierres, du lieu de sa naissance de la mine jusqu’à sa mise en scène joaillère. Nous proposons au public une invitation au voyage avec une vraie traçabilité. Les marques connaissent souvent a peine l’origine géographique de leurs pierres, alors que nous allons encore plus loin avec la traçabilité de l’or comme avec par exemple avec l’or de Maevatanana à Madagascar.

Vous vous êtes rendus sur place à Madagascar ?
Ingrid Kintgen et Olivier Backaert : En effet en 2010, Olivier a fait ce voyage en tant que gemmologue pour trouver des pierres. Dans ce village de Maevatanana une centaine de personnes travaille en famille à chercher l’or dans une rivière de manière artisanale et traditionnelle avec une battée. Pour garantir que les mineurs nous conservent de belles pépites, nous leur garantissons le taux maximal du cours de l’or, ce qui par la même occasion leur assure un meilleur quotidien.

Et quelles pierres utilisez-vous ?
Ingrid Kintgen et Olivier Backaert : Notre passion commune nous amène à chercher des pierres directement auprès des mines dans le monde. Pour les premières pièces, nous avons choisi des spinelles de Birmanie grâce à un ami gemmologue qui a un accès direct aux célèbres mines de Mogok. Pour la première collection, nous avons voulu présenter les spinelles « Jedi » avec cette couleur incroyable des mines de Namya et de Man Sin. Nous avons créé une parure mêlant les spinelles parsemés rappelant la tectonique des plaques et les failles d’où apparaissent les pierres comme par magie.

Vous proposez également des pierres uniques provenant d’Allemagne…
Ingrid Kintgen et Olivier Backaert : En effet, nous avons eu accès à des pierres incroyables provenant d’Eifel en Rhénanie-Westphalie en Allemagne. Il s’agit des ‘Haüynes’ qui ont des nuances de bleu profond intense et que nous avons fait sertir sur des boucles d’oreilles sur or blanc. Nous avons imaginé une forme de goutte avec un pavage sinueux rappelant le cours de l’eau des rivières. C’était un réel défi technique et 15 années de prospection pour arriver à rassembler toutes ces pierres.

Qu’en est-il des saphirs d’Auvergne ?
Ingrid Kintgen et Olivier Backaert : Vos lecteurs doivent savoir que nous avons également du saphir en France et non des moindres ! Nous avons cherché nous-mêmes à la battée ces saphirs en Auvergne dans la région d’Issoire. C’est particulièrement physique dans cette rivière souvent très froide et profonde. Nous avons ramené de très jolis saphirs avec un bleu canard tirant parfois sur le vert ou le jaune (certaines pierres contiennent même de l’or en ppm). Nous n’avons pas encore mis ces pierres dans notre collection Origins, mais cela ne devrait pas tarder.

Vous proposez au client un carnet de voyage pour tracer le bijou ?
Ingrid Kintgen et Olivier Backaert : En effet, nous délivrons un livret en présentant toute l’équipe qui a travaillé à la réalisation de leur bijou : des orpailleurs à notre dessinatrice et designer Céline aux sertisseurs et bijoutiers de nos ateliers en France et en Belgique.

Vos créations sont à découvrir actuellement au musée national d’Histoire Naturelle au Luxembourg ?
Ingrid Kintgen et Olivier Backaert : Effectivement, Nous avons la chance de collaborer en tant qu’experts gemmologues avec ce musée et Mr Simon Philippo le Professeur en minéralogie. L’exposition From Dark to Light, qui est ouverte jusqu’à juin prochain, nous a permis de présenter en avant-première la collection Origins of the Gems, ce qui prend tout son sens en présentant l’évolution des pierres de la mine au bijou. Elle est également visible sur notre site internet et nous sommes à dispositions pour toute demande particulière.

Interview de Kyra Brenzinger

 

Pour en savoir plus :

Contact : Société Kintgen & Bo – Ingrid Kintgen et Olivier Backaert

Email : Ingrid@kinetbo.comOlivier@kinetbo.com

Instagram : KintgenetBo

Site : www.kinetbo.com

Exposition From Dark to Light au musée national d’histoire naturelle au Luxembourg : www.mnhn.lu

Légendes photos :
Photo 1 : Près de Androfiakely à Madagascar, ce chercheur d’or travaille le quartz aurifère avec au fond la tumultueuse rivière Betsiboka.
Photo 2 : Pépite de Madagascar
Photo 3 : Cette collectrice d’or proche du centre-ville de Maevatanana à Madagascar achète principalement l’or trouvé sur ce territoire et pèse scrupuleusement les pépites d’or.
Photo 4 : Boucles d’oreilles, serties des pierres haüynes d’Allemagne et de diamants sur or blanc
Photo 5 : Bague, sertie des spinelles Jedis (4,803ct) sur or rose
Photo 6 : Bracelet, serti de tourmalines Paraïbas du Brésil sur or blanc
Photo 7 : Ingrid Kintgen et Olivier Backaert sur le gem market de Chanthaburi en Thaïlande.
Photo 8 : Ingrid Kintgen dans une mine souterraine de saphirs à Kiriella dans le district de Rathnapura au Sri Lanka.
Photo 9 : Olivier Backaert dans une mine d’améthystes du Poux au Vernet-la-Varenne dans le Puy de Dôme.
Photo 10 : Saphirs d’Auvergne dans la région d’Issoire avec de magnifiques nuances de bleu canard tirant parfois sur le vert ou le jaune
Photo 11 : Ingrid Kintgen tient dans la main quelques bruts d’haüynes au bleu profond provenant d’Eifel en Allemagne.