Témoignage de Marie-Olga Charriol,
Témoignage de Marie-Olga Charriol,
Témoignage de Marie-Olga Charriol,
Témoignage de Marie-Olga Charriol,
Témoignage de Marie-Olga Charriol,
Témoignage de Marie-Olga Charriol,

À quelques semaines du salon de Baselworld, Marie-Olga Charriol, directrice internationale des relations publiques de la maison horlogère, revient sur le terrible événement qui a frappé Philippe Charriol, décédé sur le circuit automobile du Castelet le 27 février dernier.

Malgré ce drame, vous avez été présente sur le salon de Baselworld…

Marie-Olga Charriol : C’était important d’être là avec toute l’équipe soudée pour un événement que mon mari avait programmé depuis longtemps. Les agents du monde entier étaient présents et la famille était réunie en hommage à cet homme fidèle et charismatique

Comment l’entreprise s’organise-t-elle aujourd’hui ?

Marie-Olga Charriol : Mon mari avait tout prévu et chaque membre de la famille a un rôle bien défini. Pour ma part, je continue à assurer la direction de la communication tout en voyageant un peu plus pour le lancement de la nouvelle montre Marie-Olga

Pouvez-vous nous parler de la montre Marie-Olga ?

Marie-Olga Charriol : C’est un vrai cadeau que mon mari m’a fait avant sa tragique disparition, nous avons partagé des moments incroyables de complicité durant cette création. C’est le fruit d’un travail commun qui est particulièrement réussi. Mon mari était très perfectionniste dans les moindres détails. Il m’a fait porter le prototype pour la tester et pour ajuster notamment le système de sécurité.

On peut dire que la montre est vraiment à votre image ?

 Marie-Olga Charriol : C’est une montre-bijou à la fois sportive et féminine.  On retrouve l’évocation de ma grande passion l’équitation avec le fermoir qui reprend la forme du fer à cheval mais aussi du C de Charriol. Le bracelet est en câble d’acier véritable ADN de la marque, mais je l’ai voulu différent du modèle St Tropez et les câbles sont séparés délicatement créant une ligne très féminine. Le boîtier est ovale avec un style rétro, serti ou non de diamants apportant une note précieuse et glamour.

Vous avez également une autre passion, le cinéma !

Marie-Olga Charriol : C’est un milieu que j’ai connu dans une autre partie de ma vie en ayant joué au théâtre, à la télévision et au cinéma. J’aime particulièrement le 7ème art avec son incroyable cocktail de génie, de créativité et où l’on cultive aussi la différence. Le glamour et l’élégance en toute circonstance est une valeur que j’essaye de transmettre à ma fille Laetitia qui va d’ailleurs suivre des cours de théâtre dans une école d’art à Genève.

Laetitia votre père a aussi pensé à vous avec la collection de bijoux à votre nom ?

Laetitia Charriol : En effet, mon père était très présent et très attentionné. Il a créé une ligne pour les jeunes filles, baptisée « Les Débutantes » pour laquelle j’ai fait il y a 3 ans, un premier shooting et un film pour Luxe TV. Cela m’a mis le pied à l’étrier pour entrer dans une agence de jeunes mannequins, étant aujourd’hui âgée de 14 ans.

Vous avez fait aussi un shooting à Cannes…

Laetitia Charriol : C’était pour la ligne Laetitia avec un shooting mère et fille pour présenter des bijoux à un prix raisonnable que les filles peuvent porter mais aussi leurs mères comme symbole d’attache filiale. C’était très impressionnant le tapis rouge et toutes ces stars que l’on voit défiler.

Vous revenez cette année au festival de Cannes ?

Marie-Olga Charriol : C’est une vraie responsabilité de perpétuer cet événement et un vrai honneur de continuer la mission de mon mari. Nous serons donc présents avec nos montres St Tropez de la collection Festival et la nouvelle montre Marie-Olga, associées au tapis rouge du couturier Christophe Guillarmé et à un événement à l’hôtel Raphaël avec plusieurs partenaires.

Et vous avez toujours des amis très fidèles de la marque ?

Marie-Olga Charriol : En effet, nous avons des actrices ou personnalités comme Frédérique Bel très fidèles et cela fait particulièrement chaud au cœur ! Nous sommes aussi partenaires du prix Romy Schneider qui détecte les nouveaux talents du cinéma.

Votre mari était aussi toujours à l’affût de la nouveauté…

Marie-Olga Charriol : C’était un vrai visionnaire avec son concept de montre en câble d’acier. Tout le long de sa vie, il a toujours été curieux de découvrir de nouveaux talents et faire bouger les choses. C’était un homme de passion et nous voulons tous continuer ce qu’il a entrepris, une façon de prolonger son esprit…

 

Interview de Kyra Brenzinger